La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 14h30 05 62 33 96 60
logo Biocoop
Biocoop Pays de Lourdes

Rencontre avec Joël Vellard : comment Biocoop Pays de Lourdes réduit son empreinte carbone

Rencontre avec Joël Vellard : comment Biocoop Pays de Lourdes réduit son empreinte carbone

À partir du 08/11/2018

Biocoop Lourdes
Le gérant de votre magasin Biocoop vous en dit plus sur la démarche énergétique du magasin et vous fait part de ses idées sur ce qui pourrait être fait, comme un système de "co-courses" pour limiter les trajets, par exemple... Si ça vous inspire, parlez-nous en, nous sommes à votre écoute !

Quelques mois après l’installation d’une borne de recharge sur votre parking, votre magasin vient de se doter d’un véhicule électrique. Pourquoi choisissez-vous de favoriser la mobilité électrique ?

Joël Vellard : Quand on vend des produits bio, que l’on fait partie du réseau Biocoop depuis quasiment 15 ans, il me semble cohérent d’adopter une démarche écologique plus globale. Sur l’aspect énergétique, nous avons toujours voulu favoriser les énergies renouvelables et limiter les énergies fossiles. À l’échelle nationale, le réseau Biocoop dispose de quelques camions qui roulent au gaz. Ici à Lourdes, il fallait que les conditions soient réunies et que nous trouvions un véhicule utilitaire ayant une autonomie suffisante. La voiture électrique n’est pas encore entrée dans les mœurs, mais le changement est en cours. C’est une vraie mutation de l’industrie automobile, qui implique tout un secteur d’activité, depuis les chaines de montage jusqu’aux mécaniciens…


Et vous, à votre échelle, vous voulez participer à cette évolution.

Joël Vellard : Oui ! En montrant comment se charge une voiture, en montrant que « ça marche », nous espérons avoir un rôle pédagogique et participer à la sensibilisation du grand public. Même si, à l’achat, l’électrique coûte encore un peu plus cher, il faut voir que l’entretien et la charge (donc le plein) sont très peu coûteux. Dans notre magasin, les clients qui ont un véhicule électrique peuvent le recharger gratuitement pendant qu’ils font leurs courses, grâce à un système très simple de carte, que nous prêtons sur demande. La mobilité telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui ne peut pas durer. C’est déjà insoutenable pour la planète… Nos décideurs devraient faire beaucoup plus d’efforts pour rendre plus accessible la voiture électrique d’une part et pour développer la production d’énergies renouvelables d’autre part. Car la voiture électrique n’a pas de sens si elle fait appel au nucléaire. Pour ce qui nous concerne, nous avons choisi Enercoop comme fournisseur d’énergie : ce choix nous garantit une énergie 100 % renouvelable, coopérative et produite en France. Et nous avons l’intention de produire nous aussi de l’électricité en 2019 !


Vraiment ?

Joël Vellard : Oui : d’ici l’année prochaine, nous allons profiter des travaux d’agrandissement du magasin et du parking pour installer une ombrière de parking couverte de panneaux photovoltaïques. Nous avons pour cela reçu une aide de la région Occitanie, et espérons atteindre 25 à 30 % d’autonomie énergétique avec ces panneaux.


Globalement, que dire de votre empreinte carbone ?

Joël Vellard : Nous essayons de limiter au maximum les transports en favorisant les producteurs locaux, en établissant des partenariats avec eux. Comme l’ensemble du réseau Biocoop, nous nous engageons sur le fait qu’aucun de nos produits n’a voyagé en avion, ni ne provient de l’hémisphère sud. C’est un premier pas. Mais en tant que magasin situé en zone périurbaine et semi-rurale, nombre de nos clients font de la distance pour venir faire leurs courses, et, pour les autres, le réflexe vélo n’est que très rarement adopté. Il faut dire là encore que les pouvoirs publics n’ont pas mis en place les infrastructures qui permettraient de circuler en deux roues dans de bonnes conditions. Il y a encore beaucoup à faire… Je pense notamment qu’il faudrait inventer un système de co-courses : que plusieurs familles du même secteur puissent s’organiser entre elles pour éviter des trajets inutiles. Cela demanderait un peu d’organisation, mais représenterait un gain pour tous (gain de temps, d’argent et d'émissions de CO2) !

Retour